Le musée WESTERCAMP, histoire et collections

Le musée Westercamp est le musée municipal de Wissembourg. Il a reçu l’appellation « musée de France » suite à la loi du 4 janvier 2002, désormais inscrite au code du patrimoine. A ce titre le musée est soumis au contrôle de l’Etat et bénéficie de son soutien financier. Depuis 1994, il a intégré le réseau de la Conservation mutualisée du Parc Naturel Régional des Vosges du Nord pour répondre au besoin de professionnalisation des musées.

Le projet de création d’un musée à Wissembourg a été envisagé dès le dernier tiers du 19e siècle et s’est concrétisé au début du 20e siècle.Il est fondé sous l’impulsion d’une société savante locale « Verein zur Erhaltung der Altertümer in Weissenburg und Umgegend » (Société savante pour la conservation des antiquités de Wissembourg et environs), communément appelée « Altertumsverein ». La société réunit des historiens, des érudits, des notables de Wissembourg et de la région, Alsaciens et Allemands de souche. Très dynamique, l’« Altertumsverein » parvient rapidement à rassembler de nombreux objets historiques et patrimoniaux ; il s’avère alors indispensable de trouver un bâtiment dédié à leur conservation et à leur présentation.  

P_WestercampEn 1909, grâce à l’aide financière du mécène local Paul Westercamp, la Ville acquiert deux belles demeures des 15e et 16e siècles situées au pied des remparts et y installe le musée historique. Les travaux d’aménagement confiés à l’architecte municipal et premier conservateur Eugène Steiner sont achevés en 1912 et le musée Westercamp est inauguré officiellement l’année suivante.

Les collections, représentatives de l’histoire et de la société de Wissembourg et de son arrondissement, comprennent principalement du mobilier, des objets de la vie quotidienne, des vestiges archéologiques et des souvenirs de la guerre de 1870.
Au lendemain de la Première Guerre mondiale, malgré la dissolution du « Altertumsverein », le musée poursuit son développement et enrichit ses collections.

Dans les années 1920, il s’agrandit avec l’installation d’une salle militaire dans le bâtiment voisin (« halle au houblon »), permettant de présenter les collections d’Auguste Spinner, promoteur du monument français du Geisberg.

Un autre projet visant à créer in situ un musée départemental du costume alsacien est sur le point d’aboutir mais la Seconde Guerre mondiale en empêche la réalisation.
En 1991, l’acquisition d’une collection imagière de la célèbre imprimerie lithographique Wentzel de Wissembourg permet d’introduire une nouvelle thématique au musée, et ceci dans la perspective de faire de l’imagerie Wentzel l’un des axes forts de la future présentation muséographique.

À la fin de l’année 2002, le musée Westercamp a fermé ses portes pour des raisons de sécurité des personnes et des collections. De nombreux travaux nécessités par son statut de musée de France sont alors entrepris : inventaire, actions de conservation préventive et curative, mise à l’abri des collections.

Plusieurs projets de réouverture et de réhabilitation du musée ont été envisagés ces dernières années. Il a été décidé que le musée ouvrira à nouveau ses portes au public dans le bâtiment de l’ancienne sous-préfecture acquis récemment par la Ville.
En attendant, des animations et des expositions sont proposées chaque année au public. Depuis 2010, année de sa création, l’association des Amis du musée Westercamp participe à ces actions et apporte un soutien continu au musée en proposant régulièrement des animations qui permettent de promouvoir le musée et les collections.

Les collections du musée Westercamp se rattachent à l’histoire de la ville et concerne les domaines historique, militaire, archéologique, artistique, socio-économique, religieux.
Les collections les plus emblématiques sont :

  • Les armes et uniformes de la guerre de 1870-1871
  • Les lithographies wissembourgeoises de l’imprimeur Wentzel de la 2ème moitié du 19e siècle
  • Le mobilier bourgeois du 17e au 19e siècle
  • Le matériel archéologique de la région de Wissembourg
 

 

Le travail quotidien au musée

Malgré la fermeture du musée, un travail quotidien de gestion des collections, de leur conservation préventive et de réflexion autour de leur mise en valeur est assuré par l’équipe de conservation.

2_8_2 - sept 2013Des opérations de conservation préventive sont menées au quotidien. L’équipe du musée veille à ce les collections soient conservées dans les meilleures conditions. Des spécialistes peuvent être sollicités pour des opérations de conservation curative.

Depuis 2012, le musée participe à la « Nuit européenne des musées » tous les ans et organise des animations telles que les « Amuse-Musées ». A plus grande échelle, l’organisation d’une exposition temporaire nécessite  en moyenne deux ans à l’avance, des premières réflexions sur la thématique abordée jusqu’à l’ouverture au public.

Le musée est en contact régulier avec d’autres institutions muséales de la région. Les prêts d’objets sont fréquents dans le cadre d’expositions.
 
Le musée reçoit aussi parfois des objets provenant de dons ne peuvent pas tous être acceptés. Dans le cas du musée Westercamp, les acquisitions doivent se rapporter à l’histoire et aux traditions de la ville de Wissembourg et de sa région. Ainsi, de 2002 à 2018, ce sont plus de 50 donateurs qui ont permis d’enrichir le fonds du musée.

Faire un don au musée, quelles sont les différentes étapes ?
Toutes les propositions de dons sont examinées par l'équipe du musée.

Première étape : rédaction d’un récépissé de proposition de don avec les précisions nécessaires à la connaissance de l’objet : désignation, description, historique, provenance, état de conservation, etc.

Deuxième étape : si l’objet en raison de son intérêt est accepté par le musée, une convention de don est signée par le donateur et le propriétaire de la collection. Cette convention précise que le donateur renonce à tout droit de propriété par rapport aux objets et que le don est définitif sans limitation dans le temps.

Troisième étape : les dons sont ensuite validés par le conseil municipal et sont soumis, le cas échéant, à l’acceptation par la commission scientifique régionale des collections des musées de France qui exerce un contrôle scientifique et technique de l’État, relatif aux projets d'acquisition.

Quatrième étape : une fois intégrées dans les collections du musée, les objets sont inscrits à l’inventaire et deviennent inaliénables conformément à la loi sur les musées de France.
Conformément à la loi du 4 janvier 2002 relative aux musées de France, le musée Westercamp doit procéder à l’inventaire de ses collections et à un récolement tous les 10 ans.


Le récolement consiste à vérifier pour chaque œuvre : sa localisation, son numéro d’inventaire sur le logiciel de gestion des collections avec son marquage, son état de conservation, etc.

L’inventaire du musée est un instrument de gestion des collections. Sa tenue est primordiale et obligatoire. Toutes les collections inscrites à l’inventaire reçoivent une identité administrative. Cela garantit leur inaliénabilité (elles ne peuvent être ni données, ni vendues) et leur imprescriptibilité (en cas de perte ou de vol, les œuvres peuvent être récupérées sans limite de temps).

L’opération de récolement est un travail de longue haleine puisqu’elle nécessite de vérifier systématiquement toutes les œuvres conservées au musée afin de s’assurer de leur présence effective dans les collections et d’avoir une meilleure connaissance du fonds.

Le musée, en tant que musée de France, a des obligations et des procédures à respecter. Tout projet d’acquisition ou de restauration des collections doit obtenir la validation d’une commission scientifique régionale pilotée par la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles).

Les projets

De nouvelles réserves

Les collections du musée Westercamp intègreront durant l’été 2018 un nouveau bâtiment attenant à l’ancienne synagogue, place des Carmes. Cet équipement moderne sera mutualisé avec les archives historiques et contemporaines de la ville. Pour ce faire, les collections doivent être conditionnées pour leur transport et pour éviter toute détérioration, le musée organise une opération d’anoxie (qui concerne les plus fragiles : le bois et le textile).

Les collections sont placées sous une poche d’anoxie, pendant une durée de 5 semaines, dans laquelle on évacue tout l’oxygène en injectant de l’azote. Ce traitement permet d’éliminer à terme les insectes xylophages et kératophages présents dans les collections.

Voir la galerie photos

L’acquisition de l’Imagerie Wentzel & successeurs

Longtemps absentes au musée Westercamp, les collections lithographiques de Wentzel & successeurs y font leur entrée en 1991. A ce jour la collection comprend environ 770 lithographies.

La Ville s’apprête à acquérir un fonds privé de 100 000 lithographies et du matériel d’imprimerie et des presses lithographiques. Cette acquisition s’intègre dans la volonté plus large de faire de l’imagerie Wentzel l’un des axes forts du futur musée. C’est le projet phare du musée.
Dans ce cadre, le musée a formé un comité scientifique composé d’experts et d’universitaires qui vont l’assister tout au long de ses missions.

Voir la galerie photos

Il s’agit d’un projet qui va s’étaler en plusieurs phases :

Phase 1 : L’expertise du matériel d’imprimerie
Une expertise du matériel et des presses lithographiques doit être menée dans les locaux de l’ancienne imprimerie Wentzel. Dans ce cadre, le musée a sollicité l’intervention de spécialistes afin de pouvoir identifier précisément l’ensemble des collections qui pour certaines nécessiteront également des opérations de démontage, de remontage et de restauration.

Phase 2 : Le tri des images
Une seconde phase consistera à trier les collections imagières, à réaliser un recensement précis et exhaustif des modèles d’images qui sera accompagné d’une campagne photographique systématique. Ce travail permettra de sélectionner les estampes qui intégreront le fonds du musée.

Phase 3 : Le transport
L’étape suivante sera l’opération de conditionnement provisoire puis de transfert des biens, par une société de transport, dans les espaces de conservation du musée Westercamp.

Phase 4 : L’inventaire
Après leur intégration dans les locaux du musée, les collections devront être reconditionnées dans des contenants et matériaux de conservation adaptés. Elles seront ensuite inventoriées sur le logiciel Actimuséo du musée, ce qui permettra d’établir une véritable fiche d’identité détaillée pour l’ensemble des collections. Durant les différentes phases, des experts pourront accompagner et conseiller l’équipe du musée et intervenir pour des missions d’étude, de conservation et aussi de restauration pour les estampes et les objets qui le nécessiteront.

La sous-préfecture

Depuis janvier 2015 l’administration de la sous-préfecture a quitté ses locaux et le bâtiment a été racheté par la Ville.

Le premier étage, qui accueillera l’exposition temporaire du musée, présente une enfilade de grandes salles d’apparat. Le bâtiment qui offre des surfaces suffisantes, permettra de déployer les collections du musée dans de meilleures conditions pour les exposer au public.

Le musée Westercamp qui est labellisé « musée de France » a l’obligation de rédiger un Projet Scientifique et Culturel avant la réouverture du musée. En 2010, un PSC avait été rédigé dans le cadre du projet de rénovation de l’ancien musée. Aujourd’hui ce document n’est plus d’actualité et doit donc être produit à nouveau. Ce PSC est un document qui définira les grandes orientations et les stratégies du futur musée en faisant apparaitre un concept propre et des axes prioritaires à traiter.

Les évènements

Dans l’attente de sa réouverture, le musée programme régulièrement des manifestations et des expositions temporaires et s’associe à de nombreux projets permettant de redécouvrir la richesse et la diversité de ses collections. Toutes les expositions sont organisées en lien avec les archives municipales de Wissembourg.

2_8_2 - 2016 (2)Durant la dernière décennie :

Photographies des expositions passées, sous forme de diaporama d’images légendées
2008 « Envie de Westercamp », 2009 « Entre France et Allemagne, un homme, un monument : Auguste Spinner (1864-1939) et le monument français de Wissembourg (1909-2009) », 2009 Portes ouvertes du musée Westercamp les 9 et 10 mai, 2010 « Le judaïsme à Wissembourg » une exposition organisée par la communauté israélite de Wissembourg en partenariat avec les archives municipales et le Cercle d’histoire de l’Alsace du nord, 2011 « Des mondes de papier, l’imagerie populaire de Wissembourg » en coopération avec le musée Alsacien de Strasbourg, 2013 « Il était une fois en 1913 …

La création du Musée Westercamp », 2014 « Les pompiers de Wissembourg, 200 ans d’histoire » une exposition organisée par l'Amicale des sapeurs-pompiers de Wissembourg, 2015 « A saute frontière » en partenariat avec le FRAC Alsace, 2016 deux expositions consacrées à la sigillographie et à la viticulture avec l’association des Amis du musée Westercamp, en 2017 une exposition sur les souhaits de baptême avec l’association des Amis du musée Westercamp.

Depuis 2012, le musée propose tous les ans des animations spéciales à l’occasion de la « Nuit européenne des musées », évènement initié par le Ministère de la Culture, qui incite le public à pousser les portes du musée le temps d’une soirée. L’édition 2018, qui a eu lieu le samedi 19 mai, à permis aux visiteurs d’entrer à nouveau dans l’ancienne maison-musée de Wissembourg pour y découvrir l’exposition « Le musée en voyage » accompagnée de nombreuses animations.

À venir

Du Au
  • Aucun résultat