Depuis 2009, la Ville est passée au « zéro-phyto », c’est-à-dire qu’aucun produit phytosanitaire n’est employé dans les espaces verts pour la santé de tous, la préservation de la qualité des rivières et la réduction des déchets toxiques.

De plus, la Ville a mis en place un plan de gestion différenciée des espaces verts, qui définit 3 différents niveaux d’entretien selon les secteurs : les sites prioritaires (rond-point Stichaner, quai du 24 novembre), les secteurs « courants » (espaces verts du centre-ville) et les zones plus naturelles (remparts Nord par exemple).

A ce jour, seul les cimetières sont encore traités chimiquement ; tous les autres espaces de la ville sont entretenus grâce à des techniques dites alternatives, comme l’arrachage manuel ou l’utilisation de brûleurs à gaz.

La commune a été récompensée par la Région Alsace et l’Agence de l’Eau Rhin-Meuse, avec l’obtention du label des « Communes Nature ». Cette nouvelle gestion nécessite une certaine tolérance face à la végétation spontanée, comme par exemple le fait de voir apparaître quelques herbes entre les pavés ou des pissenlits en bordure de certaines pelouses.

Afin de sensibiliser la population à cette thématique, la commission communale dédiée au cadre de vie et à l’environnement a lancé des campagne de communication dont « Moche d’abuser des pesticides » en 2018.

Des affiches ont été mises en place dans les panneaux municipaux, des plantoirs ont été installés dans les espaces verts fréquentés pour informer la population de cette politique mise en place par la ville depuis près de 10 ans !

Les alternatives à l’utilisation des produits phytosanitaires sont variées et peuvent être pratiquées par tous.

Exemples concrets :

  • tondre moins court le gazon, laisser de la place aux zones plantées en prairies ou non fauchées,
  • choisir des espèces de fleur locales, souvent plus résistantes car adaptées au climat,
  • utiliser du paillage au pied des arbustes et des plantes en massif, afin de limiter la pousse des herbes folles,
  • effectuer un désherbage mécanique avec un couteau, une binette ou un sarcloir,
  • s’équiper en matériel de désherbage thermique si nécessaire,
  • recourir à des moyens de lutte biologique, comme le purin d’orties, la bouillie bordelaise, etc.,
  • retourner les résidus de produits chimiques entamés ou périmés dans les déchetteries.

Télécharger la plaquette sur le jardinage au naturel


Fiches pratiques : 

Espèces locales et associations de plantes 

Les recettes pratiques et naturelles

Le compost

Hôtel à insectes nichoir à oiseau